Manger est sans aucun doute l’un des plaisirs de la vie, mais si nous suivons une alimentation déséquilibrée riche en gras et en sucre ou si en raison d’un sentiment de faim continue nous sommes toujours empiler quelque chose du réfrigérateur pour avoir une collation, alors il est inévitable que tôt ou tard nous allons payer la facture sur l’échelle. Les crises soudaines de faim, sielles ne sont pas correctement contrôlées, peuvent nous amener à mettre du poids, mais dire non aux péchés de la gorge n’est pas toujours facile.

Attaques de faim : à quoi sont-ils dus ?
Il existe plusieurs types de famine. Il y en a un physiologique que nous pouvons avertir quelques heures après le dernier repas. Il s’agit de la vraie faim. L’organisme doit reconstituer les stocks d’énergie. Après 3 ou 4 heures après le dernier repas, il est tout à fait normal que vous réveillez votre appétit. Cependant, les experts expliquent qu’il y a aussi une faim émotionnelle. L’émotionnel, qui découle donc d’humeurs telles que la colère et la tristesse, est plus difficile à faire face. De toute évidence, le stress est également inclus. Quand nous avons ce genre de faim, nous regrettons les aliments pleins de gras et de sucre qui peuvent idéalement nous réconforter.

Attaques de faim : causes et remèdes
S’il n’y a pas de causes dues au stress ou à l’anxiété ou autrement psychologique, il est probable que vous suivez une alimentation déséquilibrée, afin de le changer, vous pouvez faire face aux crises de faim de la manière la plus rentable.
Glucides raffinés : Manger trop d’entre eux n’aide pas car ils augmentent le taux de sucre dans le sang. En pratique, ils ne nous rassasient pas, donc même après avoir mangé le stimulus de la faim continue. Dans ce cas, le remède consiste à remplacer les glucides raffinés par des fruits et légumes frais ou secs, par exemple, les carottes, le céleri de fenouil.
Protéines : elles sont importantes parce qu’elles communiquent au cerveau le sentiment de satiété. En particulier, selon les experts devraient représenter 10 -15% de l’apport calorique quotidien. En plus de la viande, mieux si blanc à consommer pas plus de 2 fois par semaine, dans le régime ne peut pas manquer les légumineuses qui contiennent une bonne quantité de protéines.
Des repas trop précipitants. Notre cerveau a besoin d’au moins 20 minutes du début du repas pour activer le mécanisme de la satiété. Seulement après ce laps de temps, il reconnaît que l’estomac est plein. Manger à la hâte est une mauvaise habitude. Par conséquent, deux attitudes délétères égales doivent être évitées : manger négligent et rapide parce que la mastication est fondamentale pour une bonne digestion et donc l’assimilation des aliments.
Sautez les repas. Ce n’est pas bon parce que de cette façon nous créons un déséquilibre qui que nous mangions plus que ce dont nous avons besoin.
Déshydratation. Parfois, l’organisme peut échanger le stimulus de la soif de faim. En particulier, si vous ne buvez pas assez, il peut arriver que l’hypothalamus, une structure du système nerveux central, crée une certaine confusion de sorte qu’un sentiment de soif est confondu avec la faim et donc nous sommes pris à manger plus. Aussi l’eau potable surtout avant les repas diminue l’appétit.
Peu de fibres. Les fibres stimulent le sentiment que vous rassasiez parce qu’elles restent plus longtemps dans l’estomac, de sorte qu’elles sont fondamentales dans l’alimentation. Il y a abondamment dans les légumineuses, les grains entiers, les fruits et les légumes.
L’ alcool est souvent consommé lors d’occasions conviviales, pendant les apéritifs et les dîners. Cependant, les boissons alcoolisées inhibent la leptine, une hormone qui régule le sentiment de satiété et stimule la ghréline, l’hormone de la faim.
En plus de l’alimentation, même peu de sommeil peut avoir un effet sur l’appétit. Selon certaines études un peu comme l’alcool, pas assez de sommeil augmenterait ghréline, l’hormone de la faim, diminuant contre les signaux de la leptine, l’hormone de la satiété.
Exagérer avec l’activité physique. Nous sommes souvent répétés que pour perdre du poids, il est important d’associer à l’alimentation aussi la pratique de l’activité physique, mais si ce dernier est très intense va stimuler l’appétit. En particulier, le sport affecte la vitesse du métabolisme. Cependant, ceux qui s’entraînent régulièrement ont plus d’appétit que ceux qui mènent une vie sédentaire. Il est donc important de privilégier les aliments qui contiennent des fibres, des protéines et des graisses saines pour garder la faim sous contrôle.